Skip to content
juillet 13, 2011 / A toutes lettres

Vos petits rituels de vacances : épisode 4

Lire le dernier Mary Higgins Clark… Un délice d’été. Belles demeures, jobs prestigieux, appartements avec vue sur Central Park. Chaque roman est une visite privée VIP du Manhattan rêvé ! Pourquoi s’en priver ! En plus, cette année, on a en guest star toute l’équipe de New York police judiciaire. Je plaisante même si Collins et Dean pourraient facilement rejoindre la brigade.

Depuis 1974, la reine Mary nous offre un roman à suspense glamour mais dont les personnages sont très souvent fouillés et intéressants.

Si d’aucuns voient dans la Nuit du renard, un chef d’oeuvre, je pencherais plutôt pour La maison du guet et Nous n’irons plus au bois qui me paraissent les plus aboutis en termes de construction et de psychologie des personnages. J’ai aussi un gros faible pour Alvirah et Willy Meehan qui donnent beaucoup de chaleur et d’authenticité au dernier opus en date : Quand reviendras-tu ? Lequel ressemble beaucoup, beaucoup au très honorable Rien ne vaut la douceur du foyer.

Comme Celia Nolan, Zan Moreland est décoratrice d’intérieur, a perdu ses parents dans des circonstances tragiques, s’est mariée sur un coup de tête et a un petit garçon adorable et intelligent. Le suspense est ménagé et le rythme soutenu dans ce roman de bonne facture mais son thème central, l’usurpation d’identité n’a pas été assez exploité. Ce qui est dommage.

Le méchant de service est un crétin fini et ne fait pas honneur à sa profession quant au coupable… Je ne dirai rien mais les lecteurs frénétiques de Mary ne mettront pas longtemps à l’identifier. Si le plan est machiavélique à souhait, les motivations sont un peu faibles. J’ai envie de dire, tout ça pour ça. C’est mobiliser beaucoup de ressources et d’énergie pour des raisons vraiment obscures. On reste un peu sur notre faim.

Le meurtre dans le roman policier n’aurait-il plus la cote ? Zut ! Tout ça, c’est la faute des Experts, ils ont monopolisé les cadavres et la sanglante Mary devient petite joueuse et fait dans la tentative. Pff !

Mary n’a peut-être plus envie de tuer… Il reste que ce roman se laisse lire avec un bon verre de Chardonnay et des linguini aux coques, l’un des dîners préférés de ses héroïnes. Lesquelles ont un remède infaillible contre les insomnies et la déprime : elles sautent dans leur jacuzzi à 6h du matin.

On ne respecte plus rien, ma bonne dame !

juillet 10, 2011 / A toutes lettres

Vos petits rituels de vacances : épisode 3

Le premier café…. c’est celui que l’on savoure au lever du jour, dans sa tasse préférée. On est en pyjama, le fond de l’air est frais et le temps suspendu. Ce premier café a le parfum de l’insouciance, des rêves et des possibles.

Il nous surprend, vulnérables, au réveil mais si optimistes et joyeux. Ce moment d’innocence et de paix nous régénère. On se régale du ciel, on a le cœur léger. La radio n’est pas encore allumée, on a bien le temps pour les malheurs du monde et les mauvaises nouvelles.

Pour l’instant, le matin est à nous. Elle est là la magie du premier café.

juillet 7, 2011 / A toutes lettres

Vos petits rituels de vacances : épisode 2

Juillet, la soirée débute. vous avez bien avancé et savourez un petit moment de détente.

Juillet, vous venez de passer vos épreuves du bac ou du brevet et décompressez après les résultats ? Quels sont vos petits rituels ?

Etudiante, les examens terminés, je délassais mes neurones à grands coups de Mary higgins Clark et de presse people. Tout un après-midi de lecture avec un petit jus de fruits (fait maison) et mon chien (mon assistant révisions en repos bien mérité) pas loin.

Ces moments-là étaient pour moi et m’aidaient à récupérer, à me vider l’esprit après trois semaines de concentration et d’efforts intenses. C’était une question d’équilibre. Ensuite, les vacances pouvaient commencer et j’étais disponible pour ma famille et à l’écoute des gens que j’aime.

Aujoud’hui, j’ai conservé ce rendez-vous avec moi-même. Un texte difficile qui demande de l’engagement donne une bonne marche, un bon petit dîner, une escapade à la librairie. Une année intense et c’est un petit week-end en Normandie que je m’offre, douce manière d’accompagner le changement de rythme.

Ces deux jours de visites et de découvertes de ma région d’adoption me permettent d’arriver en forme au pays basque et de passer de bons moments avec les miens, sans stress.

Les vacances, on ne plonge pas dedans sans préparation ou ce sont des disputes assurées et des éclats de voix pour des bêtises !

Il me paraît essentiel de se créer un sas de décompression, une bulle : ce sont vos proches qui seront contents !

Qu’en pensez-vous , Quels sont vos petits moments à vous ?

Venez vite les partager  !

juillet 6, 2011 / A toutes lettres

Vos petits rituels de vacances : épisode 1

Vous le savez bien, tout commence à basculer après le festival de Cannes. Il est la première balise annonçant l’entrée du port : les grandes vacances.

Se profile alors la Quinzaine qui tinte sur l’ocre de Roland-Garros. On révise les examens, on enchaîne les dossiers, textes et réunions. Le rythme est soutenu, très soutenu. On boucle les rapports, on prépare déjà septembre… Mais on déjeune en terrasse, on met la table dehors, on ressort les piques en bois et les charbons.

On le sent, l’été s’approche, les tenues se font plus légères. Il se murmure à la machine à café, des envies d’évasion. Le voilà notre premier rituel des vacances : on les prépare et on en parle !

C’est déjà y entrer un peu lorsqu’on conçoit le programme de la belle saison.

Et vous, qu’en pensez vous, chers lecteurs, chers blogueurs ? Bienvenue à bord de notre grille d’été !

juillet 5, 2011 / A toutes lettres

AtoutesLettres lance sa grille d’été

Bienvenue à tous sur ce blog et un grand merci à mes fidèles lecteurs !

Je suis très heureuse de lancer la toute première grille d’été du blog A toutes lettres, espace privilégié d’échanges et de découvertes. Depuis quelques mois, j’ai cherché à en étoffer encore les contenus avec des podcasts audios et des reportages vidéos, des opérations autour du livre qui vont prendre vie en cette belle saison ou encore des recettes de cuisine.

J’ai aussi ouvert, sur Facebook, une page dédiée à ce blog et qui en est le prolongement. Elle sera aussi le support de cette grille et je vous invite à en devenir fan le plus rapidement possible.

Cet été, je vous propose un programme autour d’un thème fort et délicieux : l’art de vivre !
Chaque semaine, vous retrouverez une chronique que vous appréciez beaucoup : j’ai testé pour vous !
Votre rendez-vous « on s’organise » cédera la place à « vos rituels de vacances ».

Avec « 1001 pages, les livres se partagent », vous rencontrerez, au coeur de la Cité des Ducs, à Panjas, à Biarritz, à Hendaye, au parc, dans le train, les pages de vos vacances et peut-être, le livre de votre vie. De petits messages et des indices seront postés, à cet effet, sur la page Facebook ! Le jeu : trouver l’ouvrage et partager vos impressions sur le blog !

Votre rubrique voyage « d’Ouest en Ouest » sera là, plus que jamais ! L’occasion pour moi de créer des liens entre mes départements d’origine et de coeur : les Pyrénées Atlantiques, le Gers, la Gironde et l’Orne, naturellement. Vous verrez que Bagnoles-de-l’Orne a beaucoup de points commun avec Arcachon ! Mine de rien ! 🙂

Et toujours des photos, des vidéos, des podcasts audios !

Cet été, misons sur les plaisirs simples et inventons ensemble, un nouvel art de vivre !

A très vite,
A toutes lettres

juillet 4, 2011 / A toutes lettres

Le réseau OrneLink a deux ans !

Ce Samedi 2 juillet 2011, plus de 300 membres d’OrneLink se sont retrouvés autour d’Alain Lambert, Président du Conseil général de l’Orne, dans les jardins de l’Hôtel du Département.

Dans une atmosphère amicale et détendue, aux éclats de voix, de rires et de gourmandises, francophones et anglophones ont eu grand plaisir à lier connaissance, à évoquer leurs projets et leurs espoirs ou bien à reprendre tout simplement le fil de leurs échanges.

Jeux pour les enfants, délices, musiciens et soleil radieux, tous les ingrédients du succès étaient réunis ! Et une fois de plus, le charme a opéré !

Cette traditionnelle et très attendue Garden Party est aussi l’occasion de dresser le bilan de deux années d’existence et d’activité. OrneLink, réseau franco-anglophone départemental unique en France, compte désormais plus de 1 700 membres. C’est une belle réussite !

OrneLink : se rapprocher et se comprendre

L’originalité de ce réseau franco-anglophone départemental, unique en France, est d’être ouvert à tous les amoureux de la langue de Shakespeare. En lançant OrneLink, Alain Lambert avait un objectif clair et ambitieux : rapprocher des personnes de cultures différentes et cultiver l’esprit réseau, au service de l’Orne et des Ornais.

Le site Internet www.ornelink.org, le partenariat avec le groupe Publihebdos ou encore les clubs de langue sont autant d’initiatives favorisant les échanges, la circulation des informations et l’entraide au sein du groupe.

35 clubs de langue actifs dans tout le département et des bénévoles
anglophones dans les collèges ornais

Ces derniers mois, le réseau animé par le Conseil général a mis en place des clubs de langue à travers le département. Le principe est simple : réunir dans un même lieu, les membres d’OrneLink, francophones et anglophones et favoriser des échanges linguistiques et culturels libres et chaleureux. Une façon vivante et ludique de progresser en langues. Au menu de ces réunions : conversations, jeux, goûter, quiz.

Des bénévoles anglophones du réseau se sont également déplacés durant l’année dans plusieurs collèges. Leur mission : participer au cours d’anglais, aux côtés du professeur et amener les jeunes Ornais à découvrir d’autres facettes de la langue anglaise.

C’est une nouvelle saison qui s’ouvre pour OrneLink !

juin 29, 2011 / A toutes lettres

J’ai testé pour vous : le netbook EEPC d’Asus

Bonjour à tous,

Voilà bien longtemps que nous ne nous étions pas retrouvés pour une petite chronique « j’ai testé pour vous ». J’en profite pour vous parler d’un compagnon de route vraiment précieux : mon netbook  EEE PC d’Asus, acheté à l’occasion de mon anniversaire.

Depuis, cette merveilleuse machine, dotée d’une belle autonomie, ne me quitte plus. A Cherbourg, j’ai pu décharger les photos et vidéos prises à la Cité de la mer et les mettre en ligne grâce à la connexion wifi d’un restaurant. Dans le train corail intercités vers Saint Pierre des Corps, j’ai pu très facilement l’installer sur ma tablette. Au bureau, pas plus tard qu’hier, j’ai pu boucler un texte et l’envoyer à son destinataire alors que nous ne pouvions nous servir de nos ordinateurs.

Chic, sympa, très facile à utiliser, léger, équipé de trois ports USB, c’est n’est pas un gadget mais le partenaire idéal du travail en mobilité et de vos loisirs numériques ! Sa mémoire vive de 1 GO en fait un appareil plus performant que mon ancien portable devenu fixe.

Je viens de recevoir mon domino, c’est un modem qui transforme le réseau 3G en wifi. A moi le surf dans le TGV (enfin les TGV) Saint pierre des Corps-Biarritz ! Je vous tiens au courant. Ce netbook, c’est un achat que je suis en train de bien amortir car parfaitement adapté à mon quotidien et à mes attentes.

juin 26, 2011 / A toutes lettres

1001 pages : Sans nom de Wilkie Collins

Je ne vais naturellement pas rédiger, ici, une chronique de cet excellent et palpitant roman de Wilkie Collins. Je voulais surtout partager, avec vous, une belle expérience.

Il y a quelques semaines, j’ai découvert un site Internet dédié aux fous de livres. Il s’agit de Bibliofolie qui propose des partenariats aux blogueurs littéraires mais aussi des lectures communes.

Pour cette première édition, c’est donc Wilkie Collins, auteur victorien, inventeur de la fiction moderne qui est à l’honneur. Avec Sans nom, il déploie tout son talent, maîtrise parfaitement les ressorts d’une intrigue implacable et nous fait frémir.

Voici un petit aperçu : une lettre en provenance d’Amérique vient troubler, un matin, le petit déjeuner de la prospère famille Vanstone. Dès lors, de troublants évènements et des drames épouvantables viendront jalonner la vie de Norah et  de Magdalen…

juin 22, 2011 / A toutes lettres

Visite de la SEP valorisation avec la Jeune Chambre Economique du Pays d’Alençon

La Jeune Chambre Économique du Pays d’Alençon organisait, hier soir, une visite de la SEP avec un objectif clair : mettre en valeur les entreprises du secteur et démontrer, s’il en est besoin, leur rôle prépondérant dans le développement économique de notre beau département.

Rendez-vous pris à Sées, dans les locaux de la SEP, au cœur même de la zone industrielle des Fourneaux. Notre guide sera Bertrand Penlaë,son fondateur. Il évoque l’esprit même de l’entreprise : assurer la collecte, le transport et la valorisation des déchets verts émanant des particuliers et des collectivités locales et la réception des bois destinés à l’approvisionnement des chaufferies collectives.

Nous conduisant au gré des différentes plateformes, Bertrand Penlaë revient sur la genèse de l’entreprise, son évolution et retrace, pour nous, la trajectoire du compost et du bois. Si le tri sélectif était jusqu’alors une nécessité mais une corvée, nous comprenons mieux, désormais, son utilité. Des sachets en pastique égarés et c’est tout le processus de valorisation des déchets qui est compromis.

Mais pourquoi une activité directement liée au développement durable n’a t-elle pas la forêt pour écrin ? « Tout d’abord parce qu’une activité industrielle comme celle-ci a toute sa place dans une zone industrielle », nous répond fermement Bertrand. Ensuite, dans un sourire, il nous rappelle les intempéries de l’hiver et à quel point l’entreprise aurait été gênée, implantée dans une zone difficilement accessible.

L’argument frappe le visiteur qui inspecte, stupéfait, l’impressionnante montagne de palettes qui s’offre à ses yeux. Transformée, cette noble matière nous chauffera bientôt.

La visite s’achève sur un constat, celui qu’aurait pu faire Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! » La SEP nous invite donc à la responsabilité et à la vigilance. Nous pouvons tous agir pour la préservation de nos ressources naturelles !

juin 21, 2011 / A toutes lettres

Un repas 100% ornais au collège Balzac d’Alençon

Manger sain et bon n’est pas qu’un simple principe dans l’Orne ! Ce midi, au collège Balzac d’Alençon, les élèves ont eu droit à un délicueux repas du térroir 100% ornais.

Ce repas aux saveurs très locales, symbole de la volonté du Département d’être plus en lien avec les producteurs locaux, a été conçu en partenariat avec la Chambre d’agriculture de l’Orne. Il est composé exclusivement de produits issus du département, des crudités, au boeuf en passant par le fromage, les fraises ou le yaourt fermier. Une première dans le département, testée auprès de plus de 500 élèves.

Ce repas s’inscrit également dans la démarche de développement durable du Conseil général de l’Orne et dans sa volonté de soutenir la filière agricole locale. Cette belle initiative vient modifier les habitudes des collèges qui réalisent souvent leurs achats à l’année via des grossistes spécialisés. Elle vient également modifier les habitudes alimentaires et surtout gustatives des élèves… Le yaourt fermier en est sans nul doute une des illustrations les plus marquantes.

Volontairement limité à un seul collège du département, ce repas-test est appelé à être reconduit dans d’autres établissements durant l’année scolaire 2011/2012.

Pour vous mettre en appétit, consultez Le menu