Week-end impressionniste à Rouen

Voilà c’est parti, direction Rouen pour une visite de la ville et de ses musées.

A mon avis, je n’aurai pas le temps d’en faire le tour en un week-end mais je me réjouis de cette expédition normande qui ouvre mes vacances.

Ce matin, départ du TER à 7h49 en gare d’Alençon. Installation dans le train, contemplation des paysages ornais sous une lumière tendre et or, propre à notre beau territoire.

Première étape, Mezidon. Petit café croissant au bar de la gare, un incontournable du voyage en train. Une petite demi-heure à patienter encore avant le départ pour Rouen. Je suis en bonne compagnie: Norah Jones dans les oreilles et pour lecture, Prodigieuses Créatures, le fabuleux roman de Tracy Chevalier.

Suite dans le prochain épisode de Week-end impressionniste.

Publicités

Apprenti blogueur, premiers pas

Non, non, non, je ne me suis pas échappée de la blogosphère durant ces deux derniers jours.

Bien au contraire, je suis partie l’explorer quelque peu et j’y ai puisé des conseils et astuces intéressants. La première chose à faire après avoir recréé son blog sous WordPress, c’est de rendre une petite visite à l’excellent Journal du Blog. Clair et convivial, il donne de nombreuses pistes pour optimiser la rédaction des billets.

Ouvrez aussi une page sur netvibes pour gérer votre identité numérique et obtenir de nombreuses informations sur les sujets qui vous passionnent et qui enrichiront vos articles. Vous verrez, c’est très amusant et facile, même pour ceux qui ne maîtrisent pas l’informatique et le développement web.

Car, je n’ai pas peur de le dire, je suis un néophyte. De fait, il serait vraiment agréable de trouver dans la blogosphère, davantage de guides destinés à tous ceux qui ne connaissent pas le code HTML et qui ont un blog gratuit hébergé sur une plateforme. Je pense par exemple à un e-book intitulé miraculeusement: moi et mon blog wordpress.com, avantages et limites.

Mesdames et Messieurs, la balle est dans votre camp. Pourquoi ne pas imaginer un système de parrainage des apprentis blogueurs?
Qu’en pensez-vous?

Soulman, le tube de l’été et bien plus encore…

Vous connaissez sans doute « Soulman », cette chanson pimpante, pétillante, entraînante et pleine d’humour qui passe très régulièrement sur les ondes.

Elle est un concentré de soleil, de bonne humeur et d’autodérision.

Malgré soi, malgré la dure journée vécue, la déclaration d’impôts, le prix du gaz, malgré l’équipe de France de football, malgré les déficits publics, un sourire se dessine sur nos lèvres et les pieds tapent en rythme de Soulman !

Entre Anis et Charlie Winston, Ben l’Oncle Soul a taillé sa place dans nos coeurs et nos oreilles, il accompagnera nos vacances et l’année entière.

Plus belle la vie à 19h30 sur France 2 ?

Est-ce possible?

Rien n’est officiel encore mais les fans se déchaînent.

Les Mistraliens pourraient occuper la case très délicate du 19h30-20h sur France 2 et servir de locomotive au journal télévisé de David Pujadas. Si la concurrence entre les chaînes du service public peut s’en trouver réduite, reste un rival redoutable Le Grand Journal de canal+ , petit génie de l’access prime time.

Un divertissement avant le JT, ce n’est pas une mauvaise idée mais si le format du journal de France 2 ne plaît pas, le télespectateur zappera de toute manière.

Il faut se rendre à l’évidence, la grand messe académique du 20H a perdu de son éclat. Internet, les chaînes d’infos en continu ont changé la donne; le désir de se divertir à l’heure du dîner, de bénéficier d’autres éclairages se fait sentir chez le public.

La solution n’est pas forcément de changer l’horaire et la chaîne de diffusion de Plus Belle la Vie.
Réflechissons plutôt à un nouveau traitement de l’information, plus orienté sur le décryptage et les chroniques.
Qu’en pensez-vous?

Prodigieuses créatures, un hymne à la liberté

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces «prodigieuses créatures» dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde.

Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique. Celle-ci, exclusivement composée d’hommes, la cantonne dans un rôle de figuration.

Mary Anning trouve heureusement en Elisabeth Philpot une alliée inattendue. Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste leur meilleure arme face à l’hostilité générale.

Après Jane Austen et Persuasion, après John Fowles et Sarah et le lieutenant français, Tracy Chevalier est le troisième écrivain à s’installer à Lyme Regis et à y puiser l’inspiration d’un roman.

Dans « Prodigieuses créatures », elle raconte l’histoire d’une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l’une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

Tracy Chevalier est née en octobre 1962 à Washington DC où elle a grandi.

Après avoir obtenu un BA en anglais à l’Oberlin College Ohio elle s’installe à Londres en Angleterre en 1984. Au départ avec l’intention de rester 6 mois. Elle y vit encore. Son mari est anglais et elle a un fils.

Elle commence à écrire au lycée mais elle écrit ses premières véritables histoires vers 20 ans…Elle prend des cours du soir pour apprendre l’écriture créative et publie sa première fiction dans un magazine londonien. Elle travaille dans chez un éditeur et ne laissera son emploi qu’en 1993 pour passer un an dans une université où elle étudiera encore l’écriture.

Ses professeurs seront Malcom Bradbury et Rose Tremain. Elle se met à écrite à plein temps. Et termine une nouvelle «The Virgin Blue» qu’elle publiera à compte d’auteurs.

Elle commence l’écriture de La jeune fille à la perle en février 1998 et termine le livre en octobre. Elle y travaille à plein temps avant de donner naissance à son fils deux mois plus tard.

Depuis elle concilie son travail d’écrivain et son rôle de mère avec bonheur, appréciant la flexibilité d’organisation que lui permet l’écriture.

PSG/Legia Varsovie: 2 partout

Un petit billet pour vous raconter la rencontre amicale PSG/Legia Varsovie qui se jouait au stade Jacques Fould en Alençon, ce 23 juillet.

L’ambiance fut chaleureuse et plus de 1000 personnes assistaient au match. La météo était avec nous, les supporters furent désireux de fêter leurs équipes respectives dans le respect des règles.

Une première mi-temps un peu molle a permis aux deux formations d’installer leur jeu.

La deuxième période fut plus tonique. Deux buts du PSG n’ont pas éteint l’enthousiasme et le tonus des Polonais qui ont riposté de la plus belle des manières.

Le gardien parisien a dû affronter une attaque structurée et ingénieuse, concédant deux buts à la Legia.

Un beau match donc sous la lumière dorée d’un soir ornais. je vous laisse découvrir un petit diaporama.