Joeffrey de Peyrac contre Edward Cullen

Jeudi soir, retour à la maison très tard, le cerveau hors service.

Je cherche un film agréable et facile à suivre tout en savourant un dîner léger.

Au grè de ma navigation, je surprends une énième rediffusion d’Angélique, Marquise des Anges. Quel bonheur de retrouver la rousse rebelle qui a enchanté mon adolescence et l’irrisistible Joeffrey de Peyrac, Comte de Toulouse.

Balafré, certes mais ténébreux, mystérieux, brillant, audacieux et extrêmement séduisant. Un homme, un vrai. Robert Hossein incarnait ce prince charmant.

Tout en soutenant son regard de braise, une question me taraude. Comment la nouvelle génération de jeunes filles peut-elle se pâmer devant le tiède Edward Cullen. Vous ne voyez pas qui c’est?
Normal, il a tendance à vivre la nuit et ses loisirs un peu particuliers nous éloignent définitivement de lui.

Mais si, il est le héros de la saga Twilight, ce vampire mondialement connu, incapable d’apprécier une côte de boeuf et un château Talbot à leur juste valeur. Sous le prétexte douteux qu’il ne peut boire que du sang frais. Ben tiens !

Spécialiste de la mélancolie et du désespoir, il cultive les amours impossibles. Pas du genre à croquer la vie à pleine dents.

Je sais, c’est une astuce facile mais bon, Edward Cullen et ses tourments m’agacent.

Nos adolescentes auraient besoin de modèles un peu plus consistants et positifs pour se construire. Aller se noyer dans les yeux de Robert Pattinson n’est pas forcément une bonne chose.

Après, ce que j’en dis moi !
Avant de pleurer pour un vampire, pourquoi ne pas rencontrer un grand seigneur?

Publicités

Le matelas autogonflant… Il faut le gonfler!

Voilà, la semaine est terminée. Elle fut, comment dire, rythmée !

Ce n’est qu’hier soir que j’ai pu me précipiter dans un magasin de sport pour y acheter des spleeping bed camps, matelas autogonflants avec couette intégrée. Eh oui, je reçois pendant quelques jours, une partie de ma famille.

Toute fière de moi, incurable optimiste, je me dis que tout sera super simple. Je n’ai qu’à ouvrir la valve et hop, le superbe matelas se transforme en lit tout luxe.

Mouais… Déjà, pas de notice dans le sac et pas de magie. le matelas est resté plat. Autogonflant, euh, avec l’aide du gonfleur que m’a gentiment prêté ma voisine.

J’ai insufflé un peu d’air dans ce lit d’appoint, duquel j’attends beaucoup! Il s’est élevé. C’est bon signe.

Si c’est confortable?
Je le saurai ce soir, à l’heure de l’inauguration.