Lavardens, village de charme en gascogne !

Bonjour à tous,

Je vous offre un diaporama de ma visite au village et au château de Lavardens.
En vous souhaitant une agréable promenade….
A très bientôt,

Publicités

Notre jeunesse est belle !

Notre jeunesse est belle, généreuse et courageuse ! J’aimerais le dire très clairement après avoir lu certaines choses sur la toile.
Comment oublier tous ceux qui s’engagent dans le milieu associatif, envers les autres?
Comment oublier tous ceux qui s’occupent de leurs familles, qui travaillent
pendant leurs études pour éviter d’être une charge pour leurs
parents?
Comment oublier tous ceux qui mettent leurs talents et leur énergie dans de beaux projets culturels? Comment oublier tous ceux qui décident de se lancer dans la création d’entreprise, en
dépit des obstacles et des risques ?
Comment oublier tous ceux qui veulent travailler et qui peinent à trouver un emploi?
C’est un peu facile de nous faire des reproches. Nous pouvons jouer les « Cosette » nous aussi. Nous n’avons pas connu les 30 Glorieuses, ni les mêmes chances que la génération des « papyboomers », nous payons
les retraites de nos parents et nous devrons payer les nôtres.

Si nous voulons légitimement voir grandir nos enfants, partager de bons moments avec ceux que nous aimons, exprimer notre créativité, en somme, exister en dehors de la sphère professionnelle; cela ne
nous empêche pas (bien au contraire !) d’exercer nos métiers avec coeur, sérieux, sincérité et rigueur.

Oui, notre jeunesse est belle !

Inf’Orne: l’état des routes de notre département en temps réel

A compter du 22 décembre 2010, le Conseil général de l’Orne propose sur son site Internet www.orne.fr, un nouveau service d’information en ligne sur les conditions de circulation des routes du département durant la période hivernale.

Inf’Orne Route permet de connaitre l’état précis de circulation des 800 kilomètres d’axes principaux que compte le département. Grâce à une carte interactive, l’internaute peut consulter en quelques secondes les conditions de circulation classées en quatre niveaux : normal, délicat, difficile et impossible. Les 5 000 kilomètres d’axes secondaires sont quant à eux répertoriés en 15 zones géographiques où un état global est proposé, classé également en quatre niveaux : normal, délicat, difficile et impossible.

Ce nouveau service, basé sur les prévisions de Météo-France et les observations menées sur le terrain par les services du Conseil général, est mis en ligne sur http://www.orne.fr dès 6h30 du matin en cas d’alerte et à 8h30 du matin, les jours de météo normale. Il est mis à jour plusieurs fois par jour.

Les légendes de la carte Inf’Orne Route
C1 : route normale
Soyez prudent
C2 : route délicate
Réduisez votre vitesse et soyez très vigilant
C3 : route difficile
Différez votre déplacement si vous ne pouvez pas monter des équipements hivernaux
adaptés à votre véhicule
C4 : Route impraticable
Ne circulez pas

Un service mobilisé 24 heures sur 24 en cas d’intempéries

Plus de 260 agents du Conseil général sont mobilisés du 1er décembre à fin février pour le service hivernal des routes : surveillance météorologique, tournées sur le terrain par des patrouilleurs répartis sur dix secteurs du département, remontées et diffusions de l’information, maintenance du matériel, stock du sel…et évidemment traitement du verglas et de la neige sur les routes.

En lien régulier avec Météo France, les services du Département assurent une veille météorologique. Dès que les prévisions laissent entrevoir un risque météoroutier, les 10 responsables d’intervention, en charge d’un secteur du département, sont placés en alerte. En fonction des phénomènes qu’ils observent sur le terrain au cours de leur patrouille, ils décident éventuellement le déclenchement d’interventions.

Chaque matin à 6h30 et à 8h30 lorsque les circonstances l’exigent, une information sur l’état des routes est diffusée aux services de l’Etat, au centre régional d’information et de coordination routière de Rennes (CRICR), aux médias locaux. La carte du département indiquant l’état du réseau routier proposée sur le site Internet http://www.orne.fr, mise à jour plusieurs fois par jour vient désormais compléter ce dispositif d’information.

Pas si simple…

Pas si simple de se séparer, pas si simple de tirer un trait sur 20 ans de vie commune, pas si simple de se reconstruire et d’aimer à nouveau.

Jane a divorcé de Jake, et Jake s’est remarié avec une femme plus jeune. Quand Jane commence à sympathiser avec Adam, un architecte qui travaille avec elle, et que Jake se met à regretter son remariage, les choses se compliquent…

Nancy Meyers explore l’amour et le coeur des êtres avec vivacité, sincérité et délivre une comédie brillante qui sait parfaitement naviguer entre espoir et réalisme.

C’est un très beau film, vrai, servi par une Meryl Streep éblouissante, un Alec Badwin fragile, séduisant et tête à claques et un Steve Martin maladroit, doux et romantique en diable.

Une magnifique et libératrice réflexion sur la liberté et l’identité. Vous verrez, pour ceux qui connaissent l’excellent « The Holiday » qu’il y a beaucoup d’Iris Sinkins en Jane Adler.

Un régal a savourer en DVD, en VOD ou sur canal+ !

Luc Ferry dans les pas de Jane Austen?

Etonnant? Et pourtant. Luc Ferry donnait, ce mercredi 15 décembre, une conférence très intéressante à la Halle aux Toiles (Alençon). Ce, à l’invitation des Organisations agricoles de l’Orne.

Charmant, clair, incisif et souvent très drôle, l’ancien ministre de l’Education Nationale a évoqué la déconstruction de nos valeurs traditionnelles, cause directe de la surconsommation.

Je dois avouer que j’ai davantage goûté la dernière partie de son exposé concernant l’émergence du mariage d’amour et la fragilité de celui-ci.

Tout en se réjouissant de l’autonomie financière des femmes et de la formidable liberté qu’elles ont su conquérir au fil des ans, notre homme nous met aussi en garde: en fondant le mariage moderne sur la passion amoureuse, nous l’avons rendu instable, nous l’avons exposé aux individualismes et à l’égoïsme des protagonistes.


Cette ambiguïté, Jane Austen la dénonce aussi, dans ces romans. Rappelez-vous, elle se moque de Darcy, « violemment amoureux » d’Eliza Bennet, elle raille Harriet Smith dont le coeur est si changeant. Luc Ferry brise un tabou en nuançant les vertus du mariage d’amour mais peut-être pour son propre bien. Qui sait !